Sans nom-6

Il est 14h30, nous sommes à Lanester dans le Pays de Lorient et nous avons rendez-vous avec Martial.

Nous l’avions rencontré, la première fois, lors du festival "les IndisciplinéEs" dont il assurait l’éclairage de la scène et la décoration de la salle VIP. Nous passons une barrière en bois débouchant sur une charmante maison de pécheur, un penty, dans un cadre champêtre et très calme.Dans la maison ensoleillée, partout où notre regard se pose, on se surprend à découvrir des lampes de toutes formes, de toutes textures et de tous modèles, tout droit sorties de l'imagination de Martial.Nous sommes invités à prendre un café et Martial se confie, ravi de partager sa passion avec nous.

Il est avant tout un rêveur qui aime avoir du temps pour laisser libre cours à l'expression de ces émotions au travers de ses créations lumineuses. Dans la vie, Martial Piriou est éclairagiste. Vous avez des chances de le croiser certains soirs au Manège à Lorient lors d'un concert de rock organisé par MAPL. Lorsqu'il est aux commandes des lumières, il a l'impression d’accompagner les artistes. "Je prends un pied extraordinaire".

Les débuts dans le milieu artistique :

"L'école m'a quitté très vite". Martial est un étudiant sérieux à l’école mais il ne s’y sent pas à sa place. Ses parents auraient aimé qu’il entre à l’Arsenal comme de nombreux jeunes du Pays Lorientais. "A cette époque, avec mes amis, je traîne à la MAISON DES LOISIRS à proximité du Plateau des 4 Vents à Lorient". Dans cette salle de théâtre, agile et débrouillard, Martial monte aux échelles afin de régler les lumières de la scène, là où beaucoup avait le vertige. "On me filait des biftons".

C'est l'entrée dans le monde artistique ! Martial a alors 16 ans. Il est attiré par la scène, les dialogues et la musique mais il est très vite repéré pour les éclairages.

Peu importe pour Martial, c'est le début de la grande aventure. On lui propose de parcourir, avec le théâtre Quotidien de Lorient, la Syrie, la Jordanie, l'Allemagne comme éclairagiste d’une pièce de Samuel Beckett. Au cours de ce voyage il apprend aussi le théâtre aux côtés des acteurs. A son retour il suit des cours aux Beaux Arts, apprend à jouer au clavier, chante et pense également à l'écriture. 

Sans nom-11

 Ses rencontres avec les artistes :

Martial devient papa, "il est temps de se ranger un peu et travailler pour vivre".

Il est  engagé, pendant près de 20 ans, chez Art Light, une boîte de prestation de service pour les grands évènements comme Les Vieilles Charrues, les Transmusicales de Rennes ou Art Rock  à Saint Brieuc. Durant cette période, il côtoie de nombreux artistes de scène et certaines rencontres sont déterminantes pour Martial.

Claude PIEPLU (l’éternelle voix des Shadoks et l'homme aux clefs d'or de la série télévisée comique Palace) croit en son talent et le convint de devenir comédien. 

Lucien GOURONG grand conteur et écrivain d'origine Groisillone, un ami de Martial : "Il m’a vraiment apporté du charisme  et une très grande compréhension de la scène. Il m'a donné envie de vivre mes histoires artistiques au plus profond de mes tripes. Il m’a toujours soutenu en tant qu'artiste ". 

CAMILLE l’invite comme siffleur sur la grande scène des Charrues, du festival Bout Du Monde, aux 3 éléphants à Laval et à ART ROCK : "Au cours du concert, CAMILLE me faisait entrer sur scène et je devais improviser des mélodies sifflées devant le public".

Encouragés par ces rencontres, Martial se lance dans l'écriture et crée une pièce de théâtre : "Le huiban", contabulation de bord de mer.

Le temps d’une mission humanitaire en Afrique :

Toujours prêt à partir, Martial s’investit dans un projet humanitiaire de 2005 à 2008 (5 missions de 1 mois) au BURKINA FASO à Ouagadougou pour l'association Culture et développement de Grenoble. Il est employé comme conseiller et formateur à l'éclairage du Reemdoogo (maison de la musique, en langue mooré), structure équivalente à MAPL à Lorient. Le Reemdoogo est un projet du metteur en scène Allemand Christoph Schlingensief.

Sans nom-4

L’atelier, visite guidée :

Après cette conversation passionnante sur l’homme et son parcours, Martial nous invite à découvrir son atelier dans le jardin où seul le bruit des oiseaux parvient à nos oreilles. Nous passons devant une vieille ancre marine et des objets récoltés sur les plages : "j'aime la rouille".

Il est difficile de tenir à 3 à l’intérieur de l’atelier où Martial entrepose des lampes, des fils, des projecteurs un peu partout, des réflecteurs les uns sur les autres, une commande pour un bar en cours de réalisation suspendu en bois flotté, une bobine de cinéma, un trépied en cours de réfection. Attention à nos têtes, nous sommes dans l'antre de l'artiste, des photos s'imposent ! Martial se prête au jeu et s’immerge dans sa collection. Nous déclenchons.

 

Après cette séance, nous retournons dans la maison, d’autant que le temps se couvre un peu.

Depuis 2 ans, Martial s'est lancé dans la création de lampes : "J’ai besoin de m’'exprimer, de prendre des risques".

Pour ses réalisations, il se lance à la recherche de différentes ampoules aux teintes variées. Pour le socle, il peut utiliser des fers, des embauchoirs, des fers de rabots à dents en bois et pour les éclairages, des vieux phares jaunes de voitures ou de vélo : "Dans l'éclairage, il faut diversifier les lampes". Il travaille son imaginaire et se vide la tête. "A mon âge, il faut que ça sorte !"

Il part chaque jour à la recherche de "ces objets chargés d'histoire" auxquelles ils offrent une seconde vie. Il aime aussi l'idée de récupération du matériel urbain pour créer de nouvelles choses. Au Festival les indisciplinéEs , d’anciens réverbères tapissaient le fond de scène.Les notions d’écologie, de recyclage et d’énergie renouvelable sont primordiales pour Martial.

On découvre aussi, sa dernière trouvaille dont il est très fier, des lampes suspendues dont la texture est en algue brune de Saint Malo.

Sans nom-10Mais quels effets produisent toutes ces lampes ?

Seule la nuit peut répondre à cette question. Nous fermons quelques volets pour avoir un peu d'obscurité. Martial allume quelques unes de ses créations. Les rayons lumineux propagent sur les murs des figures étranges. Nos yeux sont émerveillés, tout cela rappelle la magie de l’enfance. On trouve cela très chouette, Martial nous reprend "Ce n'est pas chouette, c'est classe !".

Nous sommes attirés par une ambiance tamisée dans la cuisine, particulièrement Céline : "Les femmes aiment bien les passoires, j'sais pas pourquoi"Un petit phare rouge se reflète dans le miroir. Un épiscope éclaire un mur avec un vieux bruit de chauffe nous rappelant les diffusions dans les cinémas d'un autre temps.La collection de Martial est impressionnante.

 

Sans nom-7

Les mises en scène des créations :

Martial se transforme alors en créateur d'un nouveau genre d'artistes, il récupère les cartes mères de lumières pour créer des mondes sortis de son imagination et inspiré d'Isaac Azimov ou Philip K Dick.

Dans ces mondes, façonnés à partir de pignons, de moyeux de vélo et d'une vis à papillon, un guerrier se prépare à combattre un monstre vert, un isolateur téléphonique en verre trempé jouant ce rôle : "C'est instinctif, l'évidence de la scène apparaît d'un coup" ; le soir, en "dimmant" la lumière, en mélangeant les matières et les formes, en jouant avec les ombres, une scène prend vie".

 

 

Et les perspectives ?

Martial a un grand rêve. Il aimerait retracer l'histoire de l'éclairage des années 1940 à nos jours dans le grand réservoir d’eau à l'Hôtel Gabriel de Lorient. Cette exposition, serait jalonnée de scénettes, au cours desquelles les projecteurs deviendraient les acteurs, après avoir tant éclairé ces derniers.

Il est 17h30. Nous n'avons pas vu le temps passer avec cet "électron libre". Nous rentrons la tête pleine d'images et nous avons laissé la magie s'instiller en nous, le temps d'un après-midi.

 

Photographies réalisées avec un Mamiya 645 et un 45mm 2.8 - Film TRIX 400 dév dans du XTOL 1+1

 

Vous pouvez retrouver plus d'informations sur les créations de Martial, sur ces sites :

http://atelierduprojecteur.tumblr.com/

http://www.projecteur.biz/

Autre lien, Martial fait son show pour une promotion de matériel d’éclairage : 

http://www.chromlech.fr/pages/fr/produits/elidy.php