cirque-018

Quéven, 21 Juin 2014

Des dromadaires sur la route, le son des hauts parleurs qui sillonnent les rues de Quéven, les affiches colorées sur les poteaux, tout indique la présence d'un cirque dans le parc de Kerzec de la commune. Les souvenirs d'enfances refont surface.

Beaucoup de curieux sont attirés par la présence du chapiteau au milieu du parc. Les nombreux animaux présents font la joie des enfants.

Il est 14h30 ce samedi 21 Juin 2014, nous décidons d'aller à la rencontre des artistes du Cirque Zavatta pour obtenir une interview de ces gens méconnus. On connaît leur travail mais leur mode de vie en font d'une certaine manière des personnes en marge de la société.

Nous sommes accueillis très chaleureusement et avec une grande attention. Les gens du cirque ont le sens du dialogue : au fil de leurs voyages les rencontres sont nombreuses.

Après une rapide présentation de notre démarche, nous sommes invités au spectacle de 18h et sommes autorisés à mener notre petit reportage. Nous les quittons en plein préparatifs.

La caravane de Tonyo

cirque_005C’est à 17h30 que nous les retrouvons, premiers clichés et premiers échanges.

Malgré l'effervescence des préparatifs du spectacle, les artistes se montrent disponibles pour nous répondre. 

Nous souhaitons absolument rencontrer le clown et le voir se préparer.

Nous sommes invités dans la caravane d'un jeune homme jouant ce rôle.

Tonyo vit dans cette caravane avec son frère. Il nous raconte que c'est son oncle qui lui a donné très jeune l'envie de faire rire le public.

Il nous assure que s'il veut, il peut nous faire rire sans difficulté, il n'a pas besoin d'artifices.

C'est inutile, son rire et sa bonne humeur sont communicatifs! Il se place devant la glace de sa petite douche et commence à mettre le blanc autour des lèvres. Dans le même temps, entre deux traits de crayons, il nous explique qu'il y a différents types de clowns. Il y a le clown blanc sérieux qui fait valoir l'auguste, le clown portant un nez rouge, des couleurs éclatantes et des vêtements trop grands. Le costume de Tonyo est quant à lui très simple, son nez est rouge et son chapeau également.

Une musique provenant du chapiteau se fait entendre, le jeune homme nous informe que le spectacle commence. Au pas de course, nous traversons le parc en croisant le regard méfiant des lamas.

En piste !

cirque-024

On pénètre sous le chapiteau au moment où un cheval s'élance sur la piste pour un numéro de dressage. Le public est ravi.

Le chapiteau compte environ 200 places et toutes sont occupées.

Entre ensuite de façon inattendue le clown gaffeur, qui ne comprend rien, oublie tout et déforme les propos de Monsieur Loyal. Le tour est joué, les rires fusent.

Tonyo est effectivement très doué pour faire rire !

Monsieur Loyal annonce le prochain numéro.

Deux jeunes hommes musclés, à l’expression grave et sérieuse, vêtus de blanc vont réaliser un numéro impressionnant d'équilibriste sur chaises.

Le public retient son souffle...

cirque-022

Nous tentons quelques photos mais les conditions de lumière sont difficiles, 400 ASA c'est un peu juste....

Un cowboy entre en scène, le lasso est lancé à toute vitesse pour déchiqueter un papier tenu entre les mains d'une jeune femme. La salle retient son souffle.

 Les numéros se succèdent pour le plaisir des yeux, les applaudissements retentissent à chaque passage sur scène. Le spectacle touche à sa fin, Monsieur Loyal félicite le public d'avoir su gardé son âme d'enfant et de savoir encore s’émerveiller en assistant au spectacle du cirque.

Il est temps de partir, laisser les artistes se reposer.

Nous reviendrons le lendemain pour faire plus ample connaissance.

La famille Fleury, famille du cirque

Il est 17h ce dimanche, nous allons découvrir des moments de vie de la famille Fleury, famille dont les racines sont en Loire Atlantique.

Ni Tziganes, ni Roms, ni Manouches, ils sont des forains et des gens du voyage.

Toute la famille parle français mais entre eux, ils utilisent le langage dit "forain"

cirque-006

 Des femmes sont sur les sièges à l'ombre près des caravanes, les hommes réparent une remorque, nous prenons place dans l'herbe. Les questions commencent.

Nous faisons d'abord la connaissance d'Antonia, c'est la sœur de Bilou, le fondateur décédé du cirque Zavatta Fleury, c'était il y a 25 ans. On nous explique sans détour que Zavatta est une enseigne reprise par une cinquantaine de familles de cirque en France. Une personne de la famille Zavatta avec qui ils avaient un lien d'amitié leur a permis d'utiliser ce nom connu de tous.

 

Nous abordons les questions sur le voyage. Ces personnes sont sur les routes toute l'année sauf quelques jours en hiver. Ils vivent toujours dans leur caravane, ils aiment la vie qu'ils mènent.

Porter leur maison avec eux, leur permet de pouvoir partir en toute liberté du jour au lendemain. Les caravanes sont toutes équipées, ils ne changeraient pour rien au monde ! "Si les voisins me dérange, je peux m'en aller, et  vous ?..."

On peut se demander : d'où viennent-ils ?

Ils viennent de tous les endroits de leur passage. Les enfants naissent dans les hôpitaux où le cirque à fait une halte.

Les femmes enceintes sont suivies dans un hôpital et la famille essaie d'y revenir avant la naissance.

Le cirque peut accueillir des personnes extérieures comme ce jeune homme d’Alsace que nous avons croisé et qui vit avec eux depuis un an.

Où allez-vous avec le cirque ?

Les Fleury vont partout où ils sont acceptés et accueillis. Ils doivent faire des demandes au moins un an à l'avance dans les communes et monter un dossier. Il leur arrive de traverser l'océan jusqu'à l’île de la Réunion. Un mois de bateau pour les animaux. Ils nous disent être très contents d'être à Quéven, il s'agit d'une initiative des Tontons Yoyo, une association de Quéven, qui aura pu ainsi présenter un numéro sous le chapiteau.

Les enfants du Cirque

cirque-034

La belle sœur d'Antonia se joint à la conversation, Nadia "aux yeux marrons", répond avec attention à nos questions. Les enfants naissent dans le cirque et veulent y rester. Parfois Très jeunes, ils s'élancent, non sans peur, sur la piste pour présenter leurs propres numéros. Ils étudient dans les écoles sur leur chemin jusqu'à la classe primaire puis ils suivent des cours par correspondance. Ils sont tout à fait conscients de leurs lacunes en écriture et calculs. Ils sont souvent mis à l'écart dans les classes de passage mais ils excellent en géographie grâce à leurs voyages. Ils n'ont pas toujours la notion des mois qui s'écoulent. Les familles sont nombreuses, "la famille s'est sacrée". Nadia a eu 6 filles et Antonia a eu 6 garçons, "trois ou quatre enfants, c'est pas assez ! Pour plus tard, c'est important".

C'est un choix, les contraceptifs sont connus et utilisés par celles qui le souhaitent.

Nous rencontrons Maely, 6 ans, elle me chuchote ses quelques mots : "Si je serais un petit oiseau, je te murmurerais dans le creux de l'oreille que je t'aime".

Sa sœur, Ninon/Marine, 11 ans, était hier sur scène dans un tour de magie, où elles disparaissaient dans la boite noire transpercée de toute part par des bâtons. Elle aime la magie et s'adonne également à la composition de poèmes: "Un bisou vient de décoller de l'aéroport de mon cœur, il demande à tendre votre joue pour un atterrissage en douceur".

La vie des femmes dans le milieu du Cirque

cirque-012

J'aborde la question sur la condition des femmes au sein du cirque.

Les femmes m'assurent que l'évolution des mentalités a eu lieu aussi au sein des familles du cirque mais une femme se doit d'entretenir sa caravane. Il est dans les traditions, qu'elles se chargent des taches ménagères pendant que l'homme s'occupe de l'entretien des camions, du matériel du cirque et s'occupent des animaux.

Les filles sont sous haute surveillance, "il faut qu'elles se marient avec des gens que l'on connait".

Le mariage entre cousins est le plus encouragé. Les jeunes filles ne sortent jamais sans un homme de la famille pour les chaperonner.

Concernant les enfants, Nadia reconnait volontiers, céder autant que finance se peut, aux caprices de ses filles. Les tablettes et ordinateurs sont rentrés dans cet univers.

Maely : "j'veux une tablette pour mon anniversaire ",

Nadia :" tu préfères au chocolat ou à la noisette ?".

Nadia exprime aussi ses craintes en tant que mère sur les enlèvements que l'on voit aux informations : "trop de vilaines choses se passent".

Les garçons sont plus libres. Teddy Goujon, équilibriste, nous fait part de son sentiment "Pour les filles du cirque, c'est compliquée, il faut être très fidèle".

Le mariage

Le mariage ne connait ni cérémonie religieuse ni cérémonie civique, le jeune couple est dit marié lorsque l'homme fait sa demande à la jeune demoiselle qu'il aura courtisé auparavant. "Les filles ne sortent pas avant le mariage, pas de copains, le seul, c'est pour le mariage! La fille doit être pure, elle le sait, sinon, elle serait reniée et aucun autre homme ne voudrait d'elle" nous confie vivement Nadia. "C'est du concubinage à vie, selon les textes".

cirque-014

La religion

cirque-007La famille est évangélique avant tout. Ils prient la sainte de Lourde et la Vierge Marie.

Tous les cous sont ornés d'un médaillon de la vierge. Dans les caravanes, on trouve des représentations de la vierge ou des flacons d'eau de Lourdes. Ils aiment les chants évangéliques, les hommes et les femmes connaissent les Quantiques Evangéliques.

Les enfants sont baptisés vers l'âge de 6 ans lorsqu'ils ont fait le choix d'épouser cette voie. La famille se réunit alors pour faire une grande fête.

Ils fêtent également Noël et le nouvel an toujours sous le chapiteau, en famille.

Durant ces échanges, la vie continue. Certains vont manger, d'autres viennent prendre la parole.

 

Zora, la chamelle fait des siennes, juste à côté. Elle s'élance derrière des coureurs sur la route. Elle a trop gouté à la liberté, impossible de l'attacher.

Il faut faire attention aux crachats. L'odeur de crachat de chameau est pestilentielle et il est très difficile de l'enlever des vêtements.

Les hommes sont appelés en renfort. Ils viennent de pousser dans la petite piscine gonflable, Nadia "aux yeux bleus", la sœur d'Antonia. Les femmes avec qui nous avons dialogué vont maintenant préparer le repas.

Teddy un gars pluridisciplinaire

cirque-009

Teddy Goujon, 24 ans, prend le relais.

Il est le fils d’Antonia. Il a beaucoup d’humour. Il tient à nous parler d’un plat atypique : le hérisson rôti à l'ail.

Il faut commencer par dresser un chien qui chasse le hérisson puis plusieurs étapes décrites avec minutie sont nécessaires pour vider, se débarrasser des poils et des pics du hérisson avant de parvenir à un bon rôti ... nous ne saurons jamais, si c'est du lard ou du hérisson !

Nous avons vu Teddy dans l'impressionnant numéro d'équilibriste. Ce qui le motive avant tout est le dépassement de lui même. "Le stress est la meilleur chose qu'un artiste a " nous dit-il.

Pourquoi fait-il ce numéro ? Parce que c'est dangereux, "dans le cirque, c'est le risque qui fait avancer".

Les animaux du cirque

cirque_004Teddy nous parle ensuite des animaux de leur spectacle.

Ils sont en très bonne santé. Zora, la chamelle, a eu un bébé cette année.

Dès que le cirque change de département, ils sont contrôlés par la DDSV, un service chargé de la santé et de la protection des animaux. Le cirque Fleury possède environ 35 animaux. Au cours du spectacle, certains sont présentés, c'est l'occasion d'en apprendre davantage sur le chameau, le dromadaire et le lama.

Pour la nourriture, ils ont des dérogations afin d’acheter la viande en gros pour les lions.

Les lions n'étaient pas du spectacle car ils sont en période de reproduction.

Teddy est le dresseur de fauve, il nous confie, utiliser la méthode douce, un morceau de viande pour chaque action bien réalisée. " Au fil du temps, le lion empire, avec l'âge, il veut prendre le trône, il faut être plus vigilant" nous explique t’il.

Teddy disparaît à son tour. Mégane en profite pour venir nous parler.

Mégane la voltigeuse

cirque-030

Mégane Fleury a 18 ans. Elle a commencé le hula hoop à l'âge de 2 ans, puis vers 13 ans, son père l'entrainait à la corde lisse. Cette envie lui est venue en regardant les numéros d'autres cirques.

Elle a voulu s'essayer. "Le plus dur, c'est de monter". Elle montre ses pieds endoloris par la montée d'hier. Elle ne veut pas porter de ceinture de sécurité car cela gène ses mouvements au grand dam de sa maman. Vers 16 ans, elle présente un numéro de cercle aérien. Elle commence alors à s'entrainer à 2 ou 3 mètres au dessus du sol. Il faut faire de remarquables contorsions dans ce numéro. Nous étions restés les yeux rivés vers elle, hier, sous le grand chapiteau.

Le temps passe vite, nos interlocuteurs ont été d'une extrême gentillesse face à nos questions.

Il commence à se faire tard. Il est temps de les laisser.

Le cadre est reposant, les femmes vont aller faire plusieurs fois le tour du parc de Kerzec après le repas pour se dégourdir les jambes.

 

Si vous les croisez, ils seront ravis de vous parler de leur métier ! 

cirque-008